constant stream of curated content
 Array
(
    [id] => Q6YH
    [id_url] => 
    [cat_id] => ZTEW
    [user_id] => seb
    [date] => 2011-09-22 18:03:00
    [kind] => memo
    [access] => 9
    [title] => Premier Jour -Départ
    [content] => Nouveau voyage et nouvelle équipe, enfin nouvelle combinaison puisque cette fois-ci je suis accompagné de Romain, avec qui nous étions partis en [url=http://www.daryo.com/seb/categories/inde-carnets]Inde[/url], et d'Anthony, avec qui j'étais en [url=http://www.daryo.com/seb/categories/afrique-carnets]Afrique[/url].

[img=https://daryo.com/data/asset/Q6YH_ilBX.jpg]

Nous partons cette fois pour les Balkans et la Grèce, via l'Italie. Les vols low cost nous permettront de faire le voyage à moindre frais moyennant des sauts de puce.

De Bordeaux à Bologne sur Ryanair, pour commencer, nous resteront deux jours en Italie, puis Bergame - Bucarest avec Wizzair, et là un périple de deux semaines de Roumanie en Grèce, avec un détour par la Turquie.

Nous repartiront de Thessalonique vers Bergame, à nouveau avec Ryanair, pour effectuer une visite express de cinq jours en Italie du nord, et retour dans 23 jours avec le même vol Bologne - Bordeaux que pour l'aller.

Tous ces vols nous coûtent moins de 90€, ce qui nous fait un petit périple tranquille et abordable.

Nous partons donc aujourd'hui d'Angoulême en voiture, accompagné de mon père, qui fera seul le voyage retour.

Le trajet en avion est très rapide, un peu plus d'une heure, et nous sommes vite dans le cœur du sujet.

Ce qui nous frappe avant tout c'est que nous n'avons rien préparé, aucun hébergement, aucun transport sur place, absolument rien n'est planifié.

Une fois au centre de Bologne, le wifi d'un bar ne me donne que peu d'indications sur les solutions disponibles, de plus il se fait tard, et nous décidons d'aller vers la gare pour rejoindre Bergame au plus vite.

Nous allons donc errer de trains régionaux en trains régionaux, puisque contrairement à la france, les chemins de fers italiens sont particulièrement efficace, et circulent même la nuit.

Une fois arrivé à Parme, ville où j'ai passé un peu de temps par le passé, nous avons trois heures devant nous pour essayer vainement de nous reposer.
    [language] => fr
    [url] => 
    [clicks] => 
    [is_promoted] => 0
    [user] => seb
    [feed] => Méditerranée - carnets
    [feedUrl] => https://daryo.com/category/mediterranee-carnets
    [source] => _internal_
    [userUrl] => https://daryo.com/user/seb
    [mission] => init
)
by seb - 2011-09-22 18:03
Nouveau voyage et nouvelle équipe, enfin nouvelle combinaison puisque cette fois-ci je suis accompagné de Romain, avec qui nous étions partis en Inde, et d'Anthony, avec qui j'étais en Afrique.



Nous partons cette fois pour les Balkans et la Grèce, via l'Italie. Les vols low cost nous permettront de faire le voyage à moindre frais moyennant des sauts de puce.

De Bordeaux à Bologne sur Ryanair, pour commencer, nous resteront deux jours en Italie, puis Bergame - Bucarest avec Wizzair, et là un périple de deux semaines de Roumanie en Grèce, avec un détour par la Turquie.

Nous repartiront de Thessalonique vers Bergame, à nouveau avec Ryanair, pour effectuer une visite express de cinq jours en Italie du nord, et retour dans 23 jours avec le même vol Bologne - Bordeaux que pour l'aller.

Tous ces vols nous coûtent moins de 90€, ce qui nous fait un petit périple tranquille et abordable.

Nous partons donc aujourd'hui d'Angoulême en voiture, accompagné de mon père, qui fera seul le voyage retour.

Le trajet en avion est très rapide, un peu plus d'une heure, et nous sommes vite dans le cœur du sujet.

Ce qui nous frappe avant tout c'est que nous n'avons rien préparé, aucun hébergement, aucun transport sur place, absolument rien n'est planifié.

Une fois au centre de Bologne, le wifi d'un bar ne me donne que peu d'indications sur les solutions disponibles, de plus il se fait tard, et nous décidons d'aller vers la gare pour rejoindre Bergame au plus vite.

Nous allons donc errer de trains régionaux en trains régionaux, puisque contrairement à la france, les chemins de fers italiens sont particulièrement efficace, et circulent même la nuit.

Une fois arrivé à Parme, ville où j'ai passé un peu de temps par le passé, nous avons trois heures devant nous pour essayer vainement de nous reposer.