constant stream of curated content
 Array
(
    [id] => DN4S
    [id_url] => 
    [cat_id] => AI2h
    [user_id] => seb
    [date] => 2010-11-26 11:08:00
    [kind] => memo
    [access] => 9
    [title] => De l'inexistence de la vidéoprotection
    [content] => La correction politique de notre vocabulaire de français d'en-bas ne lassera jamais de m'émerveiller. Et je tombe depuis quelques temps déjà sur une nouvelle occurrence qu'il m'est agréable de souligner ici.

Un petit nouveau, dont j'imagine avec délectation le travail de brainstorming conséquent qui a précédé à sa naissance, son petit nom: vidéoprotection.

Transformer les mots, lisser les différences, transformer du négatif en une absence de positif, c'est un métier, et les ministères regorgent en la matière de talents indéniables.

C'est ainsi qu'au cours des décennies le vénérable [i]clochard[/i] devint [i]SDF[/i], que [i]l'aveugle[/i] fut transformé en [i]non-voyant[/i] et que [i]l'handicapé moteur[/i] fut propulsé au rang de [i]personne à mobilité réduite[/i].

L'ogre médiatique a en revanche du mal à assimiler systématiquement le [i]chômeur[/i] à un [i]demandeur d'emploi[/i]. Un vieux relent libéral sans doute, qui consiste à douter de leur attachement à la valeur travail.

Pour en revenir à la vidéoprotection, sachez que votre journal préféré (même libé et rue89 s'y mettent) participent à un enfumage généralisé en utilisant un mot qui n'existe pas.

Et je pense, en cet instant à tous ces journalistes qui font tilter leurs correcteurs orthographiques en utilisant ce terme inventé bien après l'avènement de Microsoft Word.

Concernant une pratique qui a fait preuve de son inefficacité, je me dispenserai de disserter sur la différence qui pourrait exister entre [i]"surveillance"[/i] et [i]"protection"[/i], dés lors qu'elle est [i]"video"[/i], elle est tout aussi invasive et peu respectueuse de votre vie privée.

Et en conclusion, pour aller plus loin, je vous conseille vivement cet [url=http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/16/quand-la-videoprotection-remplace-la-videosurveillance_1306876_3224.html]excellent article du monde.[/url]
    [language] => 
    [url] => 
    [clicks] => 
    [is_promoted] => 0
    [user] => seb
    [feed] => Décryptage
    [feedUrl] => https://daryo.com/category/decryptage
    [source] => _internal_
    [userUrl] => https://daryo.com/user/seb
    [mission] => init
)
by seb - 2010-11-26 11:08
La correction politique de notre vocabulaire de français d'en-bas ne lassera jamais de m'émerveiller. Et je tombe depuis quelques temps déjà sur une nouvelle occurrence qu'il m'est agréable de souligner ici.

Un petit nouveau, dont j'imagine avec délectation le travail de brainstorming conséquent qui a précédé à sa naissance, son petit nom: vidéoprotection.

Transformer les mots, lisser les différences, transformer du négatif en une absence de positif, c'est un métier, et les ministères regorgent en la matière de talents indéniables.

C'est ainsi qu'au cours des décennies le vénérable clochard devint SDF, que l'aveugle fut transformé en non-voyant et que l'handicapé moteur fut propulsé au rang de personne à mobilité réduite.

L'ogre médiatique a en revanche du mal à assimiler systématiquement le chômeur à un demandeur d'emploi. Un vieux relent libéral sans doute, qui consiste à douter de leur attachement à la valeur travail.

Pour en revenir à la vidéoprotection, sachez que votre journal préféré (même libé et rue89 s'y mettent) participent à un enfumage généralisé en utilisant un mot qui n'existe pas.

Et je pense, en cet instant à tous ces journalistes qui font tilter leurs correcteurs orthographiques en utilisant ce terme inventé bien après l'avènement de Microsoft Word.

Concernant une pratique qui a fait preuve de son inefficacité, je me dispenserai de disserter sur la différence qui pourrait exister entre "surveillance" et "protection", dés lors qu'elle est "video", elle est tout aussi invasive et peu respectueuse de votre vie privée.

Et en conclusion, pour aller plus loin, je vous conseille vivement cet excellent article du monde.