constant stream of curated content
 Array
(
    [id] => z7L2
    [id_url] => 
    [cat_id] => bldi
    [user_id] => seb
    [date] => 2010-07-16 17:59:00
    [kind] => memo
    [access] => 9
    [title] => Dix-septième jour - Au revoir Darjeeling
    [content] => Nous partons, enfin nous partirons, à 15h. Ça fait bizarre, on a passé 8 jours ici, et on se sent un peu comme à la maison. Toujours dans les nuages, un peu comme sur une île. On range toutes nos affaires, pour de bon cette fois-ci. Je me suis levé à 9h pour faire un maximum de choses et à 9h30 c'était fini, à tel point que je me suis recouché. J'ai demandé au propriétaire l'autorisation de squatter la chambre jusqu'à 13h et il a accepté.

On descend à l'heure dite, et on dit au revoir au passage à tous les commerçants, voisins, clients de l'hôtel, que nous avons croisés.

Histoire de continuer dans les adieux, nous déjeunons dans notre restaurant tibétain favori. La serveuse a un visage aussi angélique que d'habitude, son regard va tous nous manquer.

On file acheter à grignoter pour notre long trajet en train, prendre un café, on a encore le temps, et nous devons également dire au revoir à nos amies suédoises.

On trouve très rapidement une jeep, que l'on paye plus cher pour descendre que nous n'avions payé la montée, mais nous sommes largement mieux installés et notre critère principal de choix était l'état des pneus...

J'avais oublié que c'était aussi long... les paysages sont magnifiques, mais la première heure de trajet et les virages en lacets pris à fond la caisse me file la nausée.

Quentin et moi prenons tout de même le temps de filmer pas mal de petits bouts de chemin.

Depuis qu'on est arrivé on filme au moins autant qu'on photographie. Ça fera un sacré boulot de monter tout ça.

La route dans un panorama aussi magnifique est plus une balade qu'un véritable trajet.

La température augmente, peu à peu.

Au bout de 3h on arrive à New Ja-Paille-Pourrie. Ce n'est pas devenu mieux en une semaine, c'est toujours aussi moche.

Il est 18:30, notre train est à 20:00, on est laaaaaarge.

Quoi que...

On a pas encore nos billets... Alors on va à un premier guichet où on attends un bon quart d'heure. Ils ne peuvent pas nous vendre de billet Sleeper Class, alors ils nous indiquent un deuxième guichet. Un quart d'heure plus tard, on apprend que les réservations sont impossible le train étant à l'approche. Mais on nous renvoi vers un troisième guichet, de l'autre côté de la gare, qui est immense. Là on ne peut rien pour nous, il faut retourner au premier guichet, et prendre un billet basique. On nous affectera une place si il y en a une disponible et nous paieront le supplément à ce moment là. On refait donc le long chemin vers le premier guichet où après 15 minutes de queue on nous délivre le précieux sésame.

Puis on va au troisième guichet, qui ne peut plus rien pour nous malheureusement, le train va bientôt partir et c'est le contrôleur qui a les listings de réservation.



On le trouve justement sur le quai, il nous donne directement des places, vu que le train est loin d'être complet.

On monte, et on part presque aussitôt. On est très bien placé. Il y a plusieurs cafards dans le wagon, ça me stress, je dors très peu.
    [language] => 
    [url] => 
    [clicks] => 
    [is_promoted] => 0
    [user] => seb
    [feed] => Inde - carnets
    [feedUrl] => https://daryo.com/category/inde-carnets
    [source] => _internal_
    [userUrl] => https://daryo.com/user/seb
    [mission] => init
)
by seb - 2010-07-16 17:59
Nous partons, enfin nous partirons, à 15h. Ça fait bizarre, on a passé 8 jours ici, et on se sent un peu comme à la maison. Toujours dans les nuages, un peu comme sur une île. On range toutes nos affaires, pour de bon cette fois-ci. Je me suis levé à 9h pour faire un maximum de choses et à 9h30 c'était fini, à tel point que je me suis recouché. J'ai demandé au propriétaire l'autorisation de squatter la chambre jusqu'à 13h et il a accepté.

On descend à l'heure dite, et on dit au revoir au passage à tous les commerçants, voisins, clients de l'hôtel, que nous avons croisés.

Histoire de continuer dans les adieux, nous déjeunons dans notre restaurant tibétain favori. La serveuse a un visage aussi angélique que d'habitude, son regard va tous nous manquer.

On file acheter à grignoter pour notre long trajet en train, prendre un café, on a encore le temps, et nous devons également dire au revoir à nos amies suédoises.

On trouve très rapidement une jeep, que l'on paye plus cher pour descendre que nous n'avions payé la montée, mais nous sommes largement mieux installés et notre critère principal de choix était l'état des pneus...

J'avais oublié que c'était aussi long... les paysages sont magnifiques, mais la première heure de trajet et les virages en lacets pris à fond la caisse me file la nausée.

Quentin et moi prenons tout de même le temps de filmer pas mal de petits bouts de chemin.

Depuis qu'on est arrivé on filme au moins autant qu'on photographie. Ça fera un sacré boulot de monter tout ça.

La route dans un panorama aussi magnifique est plus une balade qu'un véritable trajet.

La température augmente, peu à peu.

Au bout de 3h on arrive à New Ja-Paille-Pourrie. Ce n'est pas devenu mieux en une semaine, c'est toujours aussi moche.

Il est 18:30, notre train est à 20:00, on est laaaaaarge.

Quoi que...

On a pas encore nos billets... Alors on va à un premier guichet où on attends un bon quart d'heure. Ils ne peuvent pas nous vendre de billet Sleeper Class, alors ils nous indiquent un deuxième guichet. Un quart d'heure plus tard, on apprend que les réservations sont impossible le train étant à l'approche. Mais on nous renvoi vers un troisième guichet, de l'autre côté de la gare, qui est immense. Là on ne peut rien pour nous, il faut retourner au premier guichet, et prendre un billet basique. On nous affectera une place si il y en a une disponible et nous paieront le supplément à ce moment là. On refait donc le long chemin vers le premier guichet où après 15 minutes de queue on nous délivre le précieux sésame.

Puis on va au troisième guichet, qui ne peut plus rien pour nous malheureusement, le train va bientôt partir et c'est le contrôleur qui a les listings de réservation.



On le trouve justement sur le quai, il nous donne directement des places, vu que le train est loin d'être complet.

On monte, et on part presque aussitôt. On est très bien placé. Il y a plusieurs cafards dans le wagon, ça me stress, je dors très peu.