constant stream of curated content
 Array
(
    [id] => foVl
    [id_url] => 
    [cat_id] => rMny
    [user_id] => seb
    [date] => 2009-10-06 12:38:00
    [kind] => memo
    [access] => 9
    [title] => La nouvelle campagne anti-drogues fait pschitt
    [content] => Afin d'apporter toujours plus de bonheur dans nos vies minables, et dans un nouveau mouvement vers une société hygiéniste à l'envie, le gouvernement, à travers l'INPES à commencé hier une nouvelle campagne anti-drogues en sortant ce spot dont je vous laisse goûter les grandes envolées lyriques:

[i]Edition 4 Janvier 2010[/i]
La video a été retirée


Suite à l'apparition fortuite de Thierry Ardisson dans cette pub, elle a été retirée du site de l'INPES devant la colère légitime du susdit qui ne pensait pas être utilisé à ce point comme contre-exemple.

J'aimerais revenir l'espace d'un instant sur cet amalgame systématique qui est fait entre toutes les drogues, et qui confine à les traiter toutes de la même manière, et ainsi rappeler que sous un oeil scientifique, cette argumentation ne tient pas.

Le cannabis, ce n'est ni la même dépendance, ni le même danger que l'héroïne, l'alcool ou l'ecstasy. Il existe une échelle, des différences.

Le cannabis est une drogue douce, qui n'entraîne une dépendance que limité, et dont les effets négatifs sur la santé sont anodins [[url=#851_1]1[/url]].
En outre, les bénéfices du cannabis sont reconnus (hors consommation mélangée au tabac) sur le traitement du glaucome, il combat l'apparition de certains cancers [[url=#851_2]2[/url]],  certaines de ses molécules peuvent amenuiser les symptômes de schizophrénie, et son utilisation sur les malades traités par chimiothérapie est largement positive.

La vieille logique consistant à tout mettre dans le même panier à la vie rude, et alors qu'aux Etats-Unis ont songe à dépénaliser, en France, la logique demeure "toujours plus d'interdits".

Enfin, la "logique de passerelle", selon laquelle l'usage du cannabis favoriserait le passage aux drogues dures, elle ne tient pas non plus [[url=#851_3]3[/url]]: c'est uniquement parce que les dealers ont un business "diversifié" que ce passage peut se produire.

[[anchor=851_1]1[/anchor]] [url=http://www.sciencedaily.com/releases/2006/05/060526083353.htm]Study Finds No Link Between Marijuana Use And Lung Cancer". Science Daily.[/url]
[[anchor=851_2]2[/anchor]] [url=http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19638490]A population-based case-control study of marijuana use and head and neck squamous cell carcinoma.[/url]
[[anchor=851_3]3[/anchor]] [url=http://www.rand.org/news/press.02/gateway.html]"RAND study casts doubt on claims that marijuana acts as "gateway" to the use of cocaine and heroin". RAND Corporation[/url]
    [language] => 
    [url] => 
    [clicks] => 
    [is_promoted] => 0
    [user] => seb
    [feed] => Critiques
    [feedUrl] => https://daryo.com/category/critiques
    [source] => _internal_
    [userUrl] => https://daryo.com/user/seb
    [mission] => init
)
by seb - 2009-10-06 12:38
Afin d'apporter toujours plus de bonheur dans nos vies minables, et dans un nouveau mouvement vers une société hygiéniste à l'envie, le gouvernement, à travers l'INPES à commencé hier une nouvelle campagne anti-drogues en sortant ce spot dont je vous laisse goûter les grandes envolées lyriques:

Edition 4 Janvier 2010
La video a été retirée


Suite à l'apparition fortuite de Thierry Ardisson dans cette pub, elle a été retirée du site de l'INPES devant la colère légitime du susdit qui ne pensait pas être utilisé à ce point comme contre-exemple.

J'aimerais revenir l'espace d'un instant sur cet amalgame systématique qui est fait entre toutes les drogues, et qui confine à les traiter toutes de la même manière, et ainsi rappeler que sous un oeil scientifique, cette argumentation ne tient pas.

Le cannabis, ce n'est ni la même dépendance, ni le même danger que l'héroïne, l'alcool ou l'ecstasy. Il existe une échelle, des différences.

Le cannabis est une drogue douce, qui n'entraîne une dépendance que limité, et dont les effets négatifs sur la santé sont anodins [1].
En outre, les bénéfices du cannabis sont reconnus (hors consommation mélangée au tabac) sur le traitement du glaucome, il combat l'apparition de certains cancers [2], certaines de ses molécules peuvent amenuiser les symptômes de schizophrénie, et son utilisation sur les malades traités par chimiothérapie est largement positive.

La vieille logique consistant à tout mettre dans le même panier à la vie rude, et alors qu'aux Etats-Unis ont songe à dépénaliser, en France, la logique demeure "toujours plus d'interdits".

Enfin, la "logique de passerelle", selon laquelle l'usage du cannabis favoriserait le passage aux drogues dures, elle ne tient pas non plus [3]: c'est uniquement parce que les dealers ont un business "diversifié" que ce passage peut se produire.

[1] Study Finds No Link Between Marijuana Use And Lung Cancer". Science Daily.
[2] A population-based case-control study of marijuana use and head and neck squamous cell carcinoma.
[3] "RAND study casts doubt on claims that marijuana acts as "gateway" to the use of cocaine and heroin". RAND Corporation