constant stream of curated content
 Array
(
    [id] => TwW7
    [id_url] => 
    [cat_id] => zqVY
    [user_id] => seb
    [date] => 2011-05-04 18:01:00
    [kind] => memo
    [access] => 9
    [title] => Neuvième jour - Kabale
    [content] => Ce matin nous sommes en plein questionnement stratégique. Nous devons être à Kampala dans deux jours pour récupérer une voiture afin d'aller au parc de Murchison Falls, et nous avons donc 2,5 jours pour faire quelque chose.

Posés sur le bord du lac, nous avons beau parcourir les guides, tout ce qui nous tente ne nous permet pas d'être de retour en temps et en heure.
[img=https://daryo.com/data/asset/TwW7_amPr.jpg]

Après de longues hésitations nous finissons par partir, un peu à regret, de Lac Bunyuni pour la ville de Kabale, là où sont basés tous les bus et taxis.

Nous y allons en stop, dans une Toyota totalement ruinée des roues jusqu'au toit, mais qui nous dépose à bon port.

Très vite, nous trouvons les commodités dont nous avions besoin: banque, bureau de poste, taxis, puis nous hésitons encore entre aller à Kisoro, aller-retour, en sachant que l'intérêt majeur réside dans le trajet, la vue étant -parait-il- très jolie, et rentrer dés maintenant à Kampala.

Nous finissons par éliminer Kisoro en sachant qu'un bus part pour Kampala le soir même à vingt heures et que nous pourront faire la route de nuit.

Cette décision étant prise il ne nous reste plus qu'à zoner dans la ville pendant les cinq prochaines heures, étant un peu désœuvrés.

Un petit rafraichissement de bon aloi pour commencer, après quoi, une saine émulation réciproque va nous conduire à faire n'importe quoi.
[img=https://daryo.com/data/asset/TwW7_auEh.jpg]

En arpentant la rue principale nous tombons d'abord sur des cantines métalliques de fabrication locale, puis sur des caisses de sachet de Waragi, le fameux alcool local, livré en 120 sachets de 120ml (je vous laisse faire le calcul).

Après de longues hésitations, notre intelligence limitée à cette heure de la soirée nous pousse à nous encombrer de ces cochonneries, rien que pour le plaisir de ne pas les payer cher, et en sachant quelle sera la galère de les gérer une fois au Kenya.
[img=https://daryo.com/data/asset/TwW7_pqRy.jpg]

Nous les collons dans la soute du bus, la peinture des cantines n'est même pas encore sèche, nous en avons plein les mains.

Le trajet dure 6 heures, nous sommes tassés, et nous dormons pour oublier que notre chauffeur est un inconscient pathologique.

À 3:00 nous arrivons à Kampala.
    [language] => FR
    [url] => 
    [clicks] => 
    [is_promoted] => 0
    [user] => seb
    [feed] => Afrique - carnets
    [feedUrl] => https://daryo.com/category/afrique-carnets
    [source] => _internal_
    [userUrl] => https://daryo.com/user/seb
    [mission] => init
)
by seb - 2011-05-04 18:01
Ce matin nous sommes en plein questionnement stratégique. Nous devons être à Kampala dans deux jours pour récupérer une voiture afin d'aller au parc de Murchison Falls, et nous avons donc 2,5 jours pour faire quelque chose.

Posés sur le bord du lac, nous avons beau parcourir les guides, tout ce qui nous tente ne nous permet pas d'être de retour en temps et en heure.


Après de longues hésitations nous finissons par partir, un peu à regret, de Lac Bunyuni pour la ville de Kabale, là où sont basés tous les bus et taxis.

Nous y allons en stop, dans une Toyota totalement ruinée des roues jusqu'au toit, mais qui nous dépose à bon port.

Très vite, nous trouvons les commodités dont nous avions besoin: banque, bureau de poste, taxis, puis nous hésitons encore entre aller à Kisoro, aller-retour, en sachant que l'intérêt majeur réside dans le trajet, la vue étant -parait-il- très jolie, et rentrer dés maintenant à Kampala.

Nous finissons par éliminer Kisoro en sachant qu'un bus part pour Kampala le soir même à vingt heures et que nous pourront faire la route de nuit.

Cette décision étant prise il ne nous reste plus qu'à zoner dans la ville pendant les cinq prochaines heures, étant un peu désœuvrés.

Un petit rafraichissement de bon aloi pour commencer, après quoi, une saine émulation réciproque va nous conduire à faire n'importe quoi.


En arpentant la rue principale nous tombons d'abord sur des cantines métalliques de fabrication locale, puis sur des caisses de sachet de Waragi, le fameux alcool local, livré en 120 sachets de 120ml (je vous laisse faire le calcul).

Après de longues hésitations, notre intelligence limitée à cette heure de la soirée nous pousse à nous encombrer de ces cochonneries, rien que pour le plaisir de ne pas les payer cher, et en sachant quelle sera la galère de les gérer une fois au Kenya.


Nous les collons dans la soute du bus, la peinture des cantines n'est même pas encore sèche, nous en avons plein les mains.

Le trajet dure 6 heures, nous sommes tassés, et nous dormons pour oublier que notre chauffeur est un inconscient pathologique.

À 3:00 nous arrivons à Kampala.