constant stream of curated content
 Array
(
    [id] => ClJu
    [id_url] => 
    [cat_id] => bldi
    [user_id] => seb
    [date] => 2010-07-03 17:59:00
    [kind] => memo
    [access] => 9
    [title] => Quatrième jour - Agra et le taj mahal
    [content] => On se lève tôt, et difficilement. La chaleur et le nuit nous ont empêché de dormir vraiment. Mais c'est l'heure d'aller au Taj Mahal, il est déjà 7h du matin et nous ne verront pas son légendaire changement de couleur aux premiers rayons du soleil.

Notre chauffeur nous attends et après à peine 300 m en chouk chouk il nous indique la rue exclusivement piétonne qui mène au Taj Mahal. Nous prenons nos billets qui pour ce pays sont extrêmement chers: 15€, mais c'est un tarif touriste, les indiens et les ressortissants de certains états tels la Malaisie ont un tarif réduit. On nous fournit des caches-chaussures et des bouteilles d'eau.
[img=https://daryo.com/data/asset/ClJu_gYun.JPG]

On se présente à la sécurité, Romain se fait saisir son échiquier portable et son briquet, que je me charge d'amener aux lockers qui sont très loin. En chemin je me fait accoster tous les 10m pour me vendre un truc, ou m'amener en rickshaw.

Une fois de retour nous rentrons dans le complexe et nous en prenons plein les yeux. Passé une dernière porte et le voilà face à nous, aussi majestueux que nous l'imaginions, le plus beau tombeau jamais construit: le taj mahal. On en fait le tour, on prends beaucoup de photos et même après deux heures, on a du mal à en partir.

Nous nous décidons à quitter le lieux et après que Romain ai récupéré ses affaires, nous retrouvons notre chauffeur qui nous emmène au fort d'agra.
Nous le prenons en photos de l'extérieur, sous plusieurs angles, et nous allons à la gare pour prendre des billets pour demain.

Là nous patientons longuement pour nous rendre compte une fois au guichet que nous étions dans la mauvaise file. Nous ressortons penauds et partons pour le Baby taj.
[img=https://daryo.com/data/asset/ClJu_sVNO.JPG]

Ce monument qui tout comme le taj est en marbre blanc, accueille 7 tombes, les parents et grands parents de celle qui est enterrée au taj. Un guide haut en couleur nous fait une visite complète dans un anglais assez simple. Nous lui donnons 100 roupies chacun.

Nous allons ensuite photographier le taj de l'autre coté de la rivière. Nous prenons ensuite une petite collation.

Cette visite terminée, notre chauffeur nous fait faire la tournée de ceux qui doivent être ses amis, grassement commissionnés, nous commençons par un marchand de vêtements. Pantalon + chemise = 800 roupies. Question sodomie c'est assez évolué. Quentin et Romain se laissent berner et en prennent deux chacun. Je suis mal à l'aise devant une telle escroquerie, je me mets dans mon coin et fume ma clope.

Une fois ces affaires terminées le chauffeur ayant avancé une partie de l'argent, mes deux camarades doivent trouver un distributeur. On en fait 5, aucun ne fonctionne. Le dernier accepte finalement de délivrer de l'argent à nos amis.

Ils payent le chauffeur et nous continuons la tournée. Magasin de musique, Quentin achète une cithare à un prix correct et se la fait livrer à Delhi.

En face, un magasin de tissus/tapis/bijoux, j'y entre dans l'espoir d'y jeter un œil. Je me retrouve au milieu d'un lieu mal famé ou on ne me lâche pas la grappe.

Heureusement après avoir observé longuement les pierres Romain arrive, ce bon client va me tirer de ce guépier. Le dessert se sont les bijoux, on nous les montre en détail... Je m'empresse de me barrer laissant Romain aux griffes de ce commercial aux dents longues.

Dehors, un vieux veux me vendre un éventail kitchissime en plumes de paon. Il ne me lâche pas la grappe, et au bout d'un moment je lui explique calmement que je ne veux rien et il se casse. Je me réfugie dans le taxi.

Romain sort, il s'est encore fait plumer 1100 roupies.

Il pleut, enfin.

Nous rentrons à l'hôtel, il faut que je me remette de cette visite glauque dans des commerces improbables.

Nous trouvons de la bière, premier verre d'alcool depuis notre arrivée. Nous en buvons deux de 600ml à trois, ça ne fait pas de mal. Nous les terminons sur le toit, car le gérant de l'hôtel n'a pas de licence pour vendre de l'alcool.

Je décide d'aller moi même en ville acheter des fringues car c'est vrai que je n'ai plus grand chose à me mettre. Nous y allons avec Romain, mais sans plan, nous nous retrouvons dans des quartiers sales, défavorisés.

Nous remontons vers ce qui nous semble être des rues commerçantes. Et après quelques pas, nous tombons sur une boutique de vêtements. Je me prends moi même ma petite sodomie, mineures cependant, j'achète pour 550 roupies un ensemble de très bonne qualité et deux pantalons qui, rétrospectivement, sont très médiocres et ont des traces de rouille.
[img=https://daryo.com/data/asset/ClJu_xvuV.JPG]

Nous repartons vers l'hôtel et des enfants pieds nus nous suivent en riant. Sous la pluie la scène à un petit air de la cité de la joie.

A l'hôtel nous prenons une douche et nous nous changeons. Je met une lessive en route, à base de gel douche et de pastilles de chlore.

Le chauffeur reviens, nous devions photographier le taj au coucher du soleil, c'est un peu trop tard et avec cette brûme, on ne voit rien.

Le chauffeur nous a réservé une dernière enculerie: il nous vends un très bon shit 1000 roupies, mais dans une quantité minime.

Nous partons le tester avec Romain sur la terrasse face au taj. Bon petit effet, nous allons bien manger.

Romain bade à moitié et se promet de ne pas refumer dans ces conditions.

Après le repas ils partent se coucher, et je monte à nouveau sur le toit pour prendre quelques photos avec un long temps de pose, dont celle qui sera mon avatar sur internet.

Après quoi, je vais me coucher
    [language] => Fr
    [url] => 
    [clicks] => 
    [is_promoted] => 0
    [user] => seb
    [feed] => Inde - carnets
    [feedUrl] => https://daryo.com/category/inde-carnets
    [source] => _internal_
    [userUrl] => https://daryo.com/user/seb
    [mission] => init
)
by seb - 2010-07-03 17:59
On se lève tôt, et difficilement. La chaleur et le nuit nous ont empêché de dormir vraiment. Mais c'est l'heure d'aller au Taj Mahal, il est déjà 7h du matin et nous ne verront pas son légendaire changement de couleur aux premiers rayons du soleil.

Notre chauffeur nous attends et après à peine 300 m en chouk chouk il nous indique la rue exclusivement piétonne qui mène au Taj Mahal. Nous prenons nos billets qui pour ce pays sont extrêmement chers: 15€, mais c'est un tarif touriste, les indiens et les ressortissants de certains états tels la Malaisie ont un tarif réduit. On nous fournit des caches-chaussures et des bouteilles d'eau.


On se présente à la sécurité, Romain se fait saisir son échiquier portable et son briquet, que je me charge d'amener aux lockers qui sont très loin. En chemin je me fait accoster tous les 10m pour me vendre un truc, ou m'amener en rickshaw.

Une fois de retour nous rentrons dans le complexe et nous en prenons plein les yeux. Passé une dernière porte et le voilà face à nous, aussi majestueux que nous l'imaginions, le plus beau tombeau jamais construit: le taj mahal. On en fait le tour, on prends beaucoup de photos et même après deux heures, on a du mal à en partir.

Nous nous décidons à quitter le lieux et après que Romain ai récupéré ses affaires, nous retrouvons notre chauffeur qui nous emmène au fort d'agra.
Nous le prenons en photos de l'extérieur, sous plusieurs angles, et nous allons à la gare pour prendre des billets pour demain.

Là nous patientons longuement pour nous rendre compte une fois au guichet que nous étions dans la mauvaise file. Nous ressortons penauds et partons pour le Baby taj.


Ce monument qui tout comme le taj est en marbre blanc, accueille 7 tombes, les parents et grands parents de celle qui est enterrée au taj. Un guide haut en couleur nous fait une visite complète dans un anglais assez simple. Nous lui donnons 100 roupies chacun.

Nous allons ensuite photographier le taj de l'autre coté de la rivière. Nous prenons ensuite une petite collation.

Cette visite terminée, notre chauffeur nous fait faire la tournée de ceux qui doivent être ses amis, grassement commissionnés, nous commençons par un marchand de vêtements. Pantalon + chemise = 800 roupies. Question sodomie c'est assez évolué. Quentin et Romain se laissent berner et en prennent deux chacun. Je suis mal à l'aise devant une telle escroquerie, je me mets dans mon coin et fume ma clope.

Une fois ces affaires terminées le chauffeur ayant avancé une partie de l'argent, mes deux camarades doivent trouver un distributeur. On en fait 5, aucun ne fonctionne. Le dernier accepte finalement de délivrer de l'argent à nos amis.

Ils payent le chauffeur et nous continuons la tournée. Magasin de musique, Quentin achète une cithare à un prix correct et se la fait livrer à Delhi.

En face, un magasin de tissus/tapis/bijoux, j'y entre dans l'espoir d'y jeter un œil. Je me retrouve au milieu d'un lieu mal famé ou on ne me lâche pas la grappe.

Heureusement après avoir observé longuement les pierres Romain arrive, ce bon client va me tirer de ce guépier. Le dessert se sont les bijoux, on nous les montre en détail... Je m'empresse de me barrer laissant Romain aux griffes de ce commercial aux dents longues.

Dehors, un vieux veux me vendre un éventail kitchissime en plumes de paon. Il ne me lâche pas la grappe, et au bout d'un moment je lui explique calmement que je ne veux rien et il se casse. Je me réfugie dans le taxi.

Romain sort, il s'est encore fait plumer 1100 roupies.

Il pleut, enfin.

Nous rentrons à l'hôtel, il faut que je me remette de cette visite glauque dans des commerces improbables.

Nous trouvons de la bière, premier verre d'alcool depuis notre arrivée. Nous en buvons deux de 600ml à trois, ça ne fait pas de mal. Nous les terminons sur le toit, car le gérant de l'hôtel n'a pas de licence pour vendre de l'alcool.

Je décide d'aller moi même en ville acheter des fringues car c'est vrai que je n'ai plus grand chose à me mettre. Nous y allons avec Romain, mais sans plan, nous nous retrouvons dans des quartiers sales, défavorisés.

Nous remontons vers ce qui nous semble être des rues commerçantes. Et après quelques pas, nous tombons sur une boutique de vêtements. Je me prends moi même ma petite sodomie, mineures cependant, j'achète pour 550 roupies un ensemble de très bonne qualité et deux pantalons qui, rétrospectivement, sont très médiocres et ont des traces de rouille.


Nous repartons vers l'hôtel et des enfants pieds nus nous suivent en riant. Sous la pluie la scène à un petit air de la cité de la joie.

A l'hôtel nous prenons une douche et nous nous changeons. Je met une lessive en route, à base de gel douche et de pastilles de chlore.

Le chauffeur reviens, nous devions photographier le taj au coucher du soleil, c'est un peu trop tard et avec cette brûme, on ne voit rien.

Le chauffeur nous a réservé une dernière enculerie: il nous vends un très bon shit 1000 roupies, mais dans une quantité minime.

Nous partons le tester avec Romain sur la terrasse face au taj. Bon petit effet, nous allons bien manger.

Romain bade à moitié et se promet de ne pas refumer dans ces conditions.

Après le repas ils partent se coucher, et je monte à nouveau sur le toit pour prendre quelques photos avec un long temps de pose, dont celle qui sera mon avatar sur internet.

Après quoi, je vais me coucher