constant stream of curated content
 Array
(
    [id] => B2dN
    [id_url] => 
    [cat_id] => zqVY
    [user_id] => seb
    [date] => 2011-05-22 18:01:00
    [kind] => memo
    [access] => 9
    [title] => Vingt-septième jour - Trajet vers Lamu, acte II
    [content] => Le bus nous dépose sur la presqu'île de Mombasa vers 8:00. Le temps pour nous de boire un café, et de récupérer un colis contenant la précieuse clé USB de Daphnée que j'avais oublié à Kampala, nous nous mettons en quête d'un bus pour Lamu.

Un Tuk-Tuk (un peu comme les Rickshaw indiens) nous conduit à une compagnie à même de nous y emmener. Le départ est imminent, et il n'est que neuf heures lorsque nous nous lançons à l'assaut d'un trajet qui promet d'être long et pénible.

[img=https://daryo.com/data/asset/B2dN_TwLS.jpg]

Le bus que nous avons est un vieux casson made in india, où la norme est d'avoir cinq sièges par rangée. Inutile de dire que nous n'avons aucune place, même pas pour étendre les jambes. Le trajet va durer 9h. Sur une piste défoncée et interminable.

Tout le monde m'abbage*, y compris Anthony, après une journée de transport bien rude, je suis moins patient.

Après une crevaison, nous arrivons enfin vers 18:30, et nous filons vite fait vers un bateau public, ignorant les nombreux conducteurs de jet boats et d'autres touristes qui essayent de nous convaincre de faire le trajet en bateau privé, plus rapide.

La traversée n'est pourtant pas très longue et nous arrivons vite sur la charmante petite ile de Lamu.

Les beach boys nous abbage* un peu mais nous avons déjà décidé de l'endroit où nous allions dormir, il est à deux pas de l'embarcadère.

Enfin, une douche, du repos, des rafraichissements, du dodo.


*[b]abbager[/b] [i]v. Syn. écouiller, saouler, gonfler[/i]
    [language] => FR
    [url] => 
    [clicks] => 
    [is_promoted] => 0
    [user] => seb
    [feed] => Afrique - carnets
    [feedUrl] => https://daryo.com/category/afrique-carnets
    [source] => _internal_
    [userUrl] => https://daryo.com/user/seb
    [mission] => init
)
by seb - 2011-05-22 18:01
Le bus nous dépose sur la presqu'île de Mombasa vers 8:00. Le temps pour nous de boire un café, et de récupérer un colis contenant la précieuse clé USB de Daphnée que j'avais oublié à Kampala, nous nous mettons en quête d'un bus pour Lamu.

Un Tuk-Tuk (un peu comme les Rickshaw indiens) nous conduit à une compagnie à même de nous y emmener. Le départ est imminent, et il n'est que neuf heures lorsque nous nous lançons à l'assaut d'un trajet qui promet d'être long et pénible.



Le bus que nous avons est un vieux casson made in india, où la norme est d'avoir cinq sièges par rangée. Inutile de dire que nous n'avons aucune place, même pas pour étendre les jambes. Le trajet va durer 9h. Sur une piste défoncée et interminable.

Tout le monde m'abbage*, y compris Anthony, après une journée de transport bien rude, je suis moins patient.

Après une crevaison, nous arrivons enfin vers 18:30, et nous filons vite fait vers un bateau public, ignorant les nombreux conducteurs de jet boats et d'autres touristes qui essayent de nous convaincre de faire le trajet en bateau privé, plus rapide.

La traversée n'est pourtant pas très longue et nous arrivons vite sur la charmante petite ile de Lamu.

Les beach boys nous abbage* un peu mais nous avons déjà décidé de l'endroit où nous allions dormir, il est à deux pas de l'embarcadère.

Enfin, une douche, du repos, des rafraichissements, du dodo.


*abbager v. Syn. écouiller, saouler, gonfler