constant stream of curated content
 Array
(
    [id] => I9kI
    [id_url] => 
    [cat_id] => bldi
    [user_id] => seb
    [date] => 2010-07-22 17:59:00
    [kind] => memo
    [access] => 9
    [title] => Vingt-troisième jour - Jaipur
    [content] => Ce matin j'ai plein de trucs à faire. Retirer de l'argent, voir si je peux me faire rembourser une partie des billets d'hier, prendre ceux pour New Delhi par la même occasion, et finalement trouver une recharge pour mon téléphone puisque mon opérateur n'est pas présent dans le Rajasthan et que je me trouve donc en roaming.

À part le distributeur qui accepte de me délivrer les derniers roupies de ce voyage, je vais d'échecs en échecs. Je marche en pleine chaleur durant plusieurs kilomètres, je trouve un rickshaw qui me prends une somme faramineuse pour m'emmener au milieu de nulle part, et finalement je me perds volontairement. Après tout c'est comme ça qu'on visite le mieux.
[img=https://daryo.com/data/asset/I9kI_ibNW.JPG]

La ville a l'air assez animée, avec pas mal de commerces, une circulation folle, il fait assez chaud aussi. Je reste plusieurs heures avant de me décider à prendre un auto-rickshaw vers l'hôtel.

En chemin je me suis fait inviter à deux soirées, je pense que je n'irai pas et ce pour trois raisons: ils avaient l'air un peu louche, tous les guides conseillent de se méfier car il y a pas mal de trafic de pierres précieuses dans le coin, et au final un vieil indien m'a gentiment conseillé de me méfier des invitations trop alléchantes.

Pendant tout ce temps là Quentin se reposait, et Romain squattait le restaurant de l'hôtel, qui est vraiment très convivial, tout en marbre, avec un beau panorama.
[img=https://daryo.com/data/asset/I9kI_WXfc.JPG]

On y passe la soirée ensemble, on réserve nos billets de train pour Delhi, entre quelques parties d'échecs, et je finit par aller avec Romain sur le toit profiter de la vue, et prendre quelques photos.

Nous sommes rejoint par le gérant de l'hôtel, un indien assez jeune, avec qui je discute assez longuement.

La corruption inhérente dans la société indienne, les taxes qui pleuvent sur les automobilistes, la croissance rapide de Jaipur, la qualité de l'artisanat indien, il m'explique précisément, dans un très bon anglais, sa vision de la société indienne.

Ravi de cette rencontre, je file me coucher.
    [language] => 
    [url] => 
    [clicks] => 
    [is_promoted] => 0
    [user] => seb
    [feed] => Inde - carnets
    [feedUrl] => https://daryo.com/category/inde-carnets
    [source] => _internal_
    [userUrl] => https://daryo.com/user/seb
    [mission] => init
)
by seb - 2010-07-22 17:59
Ce matin j'ai plein de trucs à faire. Retirer de l'argent, voir si je peux me faire rembourser une partie des billets d'hier, prendre ceux pour New Delhi par la même occasion, et finalement trouver une recharge pour mon téléphone puisque mon opérateur n'est pas présent dans le Rajasthan et que je me trouve donc en roaming.

À part le distributeur qui accepte de me délivrer les derniers roupies de ce voyage, je vais d'échecs en échecs. Je marche en pleine chaleur durant plusieurs kilomètres, je trouve un rickshaw qui me prends une somme faramineuse pour m'emmener au milieu de nulle part, et finalement je me perds volontairement. Après tout c'est comme ça qu'on visite le mieux.


La ville a l'air assez animée, avec pas mal de commerces, une circulation folle, il fait assez chaud aussi. Je reste plusieurs heures avant de me décider à prendre un auto-rickshaw vers l'hôtel.

En chemin je me suis fait inviter à deux soirées, je pense que je n'irai pas et ce pour trois raisons: ils avaient l'air un peu louche, tous les guides conseillent de se méfier car il y a pas mal de trafic de pierres précieuses dans le coin, et au final un vieil indien m'a gentiment conseillé de me méfier des invitations trop alléchantes.

Pendant tout ce temps là Quentin se reposait, et Romain squattait le restaurant de l'hôtel, qui est vraiment très convivial, tout en marbre, avec un beau panorama.


On y passe la soirée ensemble, on réserve nos billets de train pour Delhi, entre quelques parties d'échecs, et je finit par aller avec Romain sur le toit profiter de la vue, et prendre quelques photos.

Nous sommes rejoint par le gérant de l'hôtel, un indien assez jeune, avec qui je discute assez longuement.

La corruption inhérente dans la société indienne, les taxes qui pleuvent sur les automobilistes, la croissance rapide de Jaipur, la qualité de l'artisanat indien, il m'explique précisément, dans un très bon anglais, sa vision de la société indienne.

Ravi de cette rencontre, je file me coucher.